Le site de Bonnefont

mas_de_bonnefond

Le Mas

En 1992, durant la lutte contre les projets de barrages sur le bassin de la Loire avec notamment celui de Serre de la Fare en Haute Loire, l’association SOS Loire Vivante acquiert une ferme du XIXème siècle située dans une des parties les plus belles et les moins accessible des gorges de la Loire, lieu magique qui serait aujourd’hui une zone de marnage d’une immense retenue de 20 km si le barrage avait été construit.

 La ferme, qui était alors en ruine, a été habitée jusqu’au début des années soixante puis l’intensification de l’agriculture a forcé les derniers résidents à quitter ce site magnifique et isolé. C’est un lieu hors du commun, où jaillit la fameuse source de Bonnefont, où la vallée de la Loire s’élargit pour offrir des plages de sable, où la faune et la flore exceptionnelles attirent les amoureux de la nature. Ce site est devenu un symbole fort pour les défenseurs de la Haute Vallée de la Loire. Depuis 1992, ils ont lancé le défi de le faire revivre. Le but de l’opération est de montrer qu’il est possible de lancer, dans un tel site, un travail de restauration et d’animation autour du tourisme doux ainsi qu’une activité agricole adaptée. De prouver qu’il est possible de croire en l’avenir de la Haute Vallée de la Loire, telle qu’en elle-même, sans grand barrage. Aujourd’hui, comme hier, il s’agit de donner à sa sauvegarde un aspect constructif et moteur, pour faire de cette opération de préservation du patrimoine bâti, un contre-poids positif au refus du barrage.

L’acquisition et l’ambitieux projet de rénovation ont été rendu possible grâce à la mobilisation et la générosité des adhérents et des souscripteurs. Depuis maintenant de nombreuses années, grâce à la restauration achevée, la maison peut accueillir des individuels et des groupes, promeneurs, pêcheurs, artistes ou naturalistes venus se ressourcer dans la Haute Vallée de la Loire… Elle est également un point d’information et d’exposition.

La restauration du mas

1993-1996 : Première phase des travaux

Un des principaux obstacles au lancement du travail de restauration a été l’obtention de fonds. Une souscription a tout d’abord été lancée pour permettre l’acquisition. Puis en 1993, suite à de nombreuses recherches afin d’ouvrir l’opération sur d’autres groupes et d’autres pratiques, la Fédération de Pêche de la Haute-Loire acceptait d’apporter 30 500 € en échange de l’utilisation de la « petite maison » pour la pratique de la pêche et des classes de pêche pendant la saison de pêche

1995-2001 : deuxième phase de travaux

Faute de fonds complémentaires, la restauration ne pouvait se poursuivre en 1994. Mais une équipe de bénévoles de SOS Loire Vivante restaurait néanmoins le four à pain de la ferme. En 1995, suite à l’arrivée des fonds DATAR et d’une nouvelle souscription pleine de succés, le chantier a pu reprendre. C’est durant ce deuxième chantier que la restauration de la « petite » maison a été achevée. La fosse sceptique avec un grand champ d’épendage a pu être creusée et un groupe éléctrogène (avec l’option « énergie solaire » ) a pu être installé. Les deux maisons disposent depuis de 24 V et de 220 V pour garantir du confort. En avril 1999 , la deuxième phase des travaux a débutée, la restauration de l’intérieur du bâtiment principal : remplacement des poutres, pose de sols et plafonds en bois, canalisation et drainage,  WC, fenêtres, portes, extension du système de récupération des eaux de pluie. Pour l’inauguration du mas, une grande fête s’est tenu le : 24 – 27.mai 2001 !

Au fil des années le mas se perfectionne. En 2003 l’association obtient une subvention et installe 20 m2 de panneaux solaires. Nous avons également réalisé l’installation d’un système d’assainissement planté de roseaux. C’est dans une politique de respect de l’environnement que l’association SOS Loire Vivante tente depuis plusieurs années de rendre le Mas de Bonnefont totalement indépendant d’un point de vue énergétique et concernant le cycle  » humain  » de l’eau. Ceci étant réalisé dans l’objectif de vivre harmonieusement avec le milieu des Gorges de la Loire.

Ce qu’il reste à faire..

  • Restaurer complètement la Source minérale, en coopération avec les propriétaires et la commune.
  • Restaurer la calade du chemin d’accés au mas.
  • Approvisionner le Mas en eau potable.
  • Créer un dortoir et des douches.
Mas de Bonnefont

En 2015 – 2016, l’association acquiert plus de 3 hectares de forêts et de landes sauvages, sur ce versant abrupte qui accueille le Mas de Bonnefont. Les terrains, anciennement et nouvellement acquis, pourront faire partie du périmètre de la Réserve Naturelle Régionale, portée par l’Etablissement Public Loire (ancien EPALA) ! Celle-ci a fait l’objet de plusieurs concertations sur le territoire. Bien que la nouvelle région Auvergne – Rhône-Alpes n’y semble pas favorable, l’association espère beaucoup de ce projet qui permettrait de sauvegarder officiellement cette partie des gorges sauvées par la mobilisation citoyenne, et de mettre en cohérence de nombreux sites protégés tout au long des 1000 kms de l’un des derniers fleuves sauvages d’Europe : La Loire !

La source d’eau minérale de Bonnefont

La maison se trouve aux abords de la source minérale de Bonnefont, elle-même à quelques mètres de la Loire. Elle fut exploitée de manière artisanale jusqu’en 1914. Lors de sa mise en exploitation au XIXème, on y a trouvé une monnaie datant de Tibère (14-37 après J.C.). Peut-être parce qu’elle donne une couleur rouille à la terre qui la boit sur les rives, les hommes ont su deviner ses vertus thérapeutiques avant même de savoir en analyser les composantes. La source a été exploitée au XIXème siècle, suite à une autorisation préfectorale délivrée en 1882, l’eau pouvant être utilisée à des fins médicales. On l’utilisait pour l’apepsie (mauvaise digestion), la dysepnie (difficultés respiratoires), la choro-anémie (circulation) ainsi que pour les rhumatismes chroniques et la goutte. Elle est alors mentionnée dans les ordonnances des médecins de la région du Puy et, à cette époque d’extension des colonies, exportée dans les pays chauds où ses vertus font merveille.. L’eau de Bonnefont obtient même une médaille à l’Exposition Universelle de Calcutta en 1884.

L’exploitation est cependant toujours restée artisanale étant donnée la difficulté d’accès. Un pont sommaire fait d’une pile construit dans la Loire et de quelques sapins avait été construit pour transporter les bouteilles sur la rive gauche de la Loire (dont l’accès est plus aisé). Ensuite, les caisses étaient remontées avec un chariot tiré par deux paires de boeufs, à raison de 420 bouteilles par trajet. Avec la grande guerre, les communes de la Haute Vallée de la Loire se sont vidées et l’exploitation a été abandonnée. La source est tombée dans l’oubli …. Puis en 1988, les défenseurs de la Loire l’on pris pour premier symbole de leur combat. La source, abritée dans une petite bâtisse en pierre de Loire a été dégagée de la gangue de limons et de galets qu’avait apportée la crue centenale de 1980. Des stands d’information ont été montés chaque dimanche sur le parvis de la bâtisse, des articles écrits, un sentier de petite randonnée débroussaillé et balisé.

Aujourd’hui la source coule toujours, fraiche et pétillante. Elle voit passer régulièrement des promeneurs et des curieux qui gouttent à cette eau si particulière.

Le lieu, toujours loin de toute route carrossable, a gardé son aspect magique et sauvage…

Toutes nos actualités et nouvelles actions en cours autour du mas

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.